caffeine-and-performance3La caféine est une molécule à laquelle le corps humain développe rapidement une tolérance, on s’accoutume. Elle peut aussi beaucoup, peu ou voire pas vous affecter du tout. En effet, tout cela est en relation avec des prédispositions génétiques et votre consommation actuelle de caféine.

Beaucoup de personnes utilisent la caféine comme une aide ergogénique redoutable avant un d’entraînement ou une compétition sportive.  On le sait, la recherche l’a prouvée, il existe énormément d’avantages associés à la consommation de caféine chronique mais aussi à la consommation aiguë !

Toutefois, ces derniers se perdent avec la tolérance. Ainsi, si vous avez besoin de ces effets précis (ex : boost), cycler la caféine est obligatoire comme avec tout stimulant.

Tolérance à la cafeine

La consommation régulière de caféine conduit à la construction d’une tolérance. Cela signifie qu’au travers du temps, les effets « palpables » de la caféine diminuent, souvent au point où même son effet ressenti sur le sommeil devient nul.

La caféine a une grande variété d’effets dans le corps. Mécaniquement, certains de ces effets sont directs (ex : antagoniste d’adénosine) et d’autres sont indirects (les effets sur la dopamine).

Ajoutons que La tolérance à la caféine est tout à fait unique, ce n’est pas une accoutumance surmontable. Cela signifie que plus de caféine ne fera qu’empirer les choses. Il faut donc réduire le seuil de tolérance en stoppant totalement sa consommation.

Comment ? En cyclant ?

Bien qu’il n’y ait aucun risque à consommer des doses raisonnables de caféine tous les jours, notre conseil est d’essayer d’orienter sa consommation clairement quand vous en avez absolument besoin (ex : training ou coup de mou ponctuel). Dès lors, comment s’adapter ?

Votre consommation de cafeine ?

Quel est votre apport, toutes les sources confondues, et à quelle fréquence ?  Tout cela conduit à se poser la seconde question :

Pourquoi la consommez-vous ? Qui nous permet de déterminer la réponse juste et adaptée à votre cas.

Je ne cycle pas :

Ainsi si votre but est la perte de gras, la lipolyse, vous n’avez pas à cycler.

Si vous consommez de la caféine pour la prévention de maladie ou dans un aspect santé, il est même probablement recommandé de garder un apport constant et modéré de café ou de thé (pas seulement la caféine pure).

Si vous utilisez la caféine pour lutter contre les maux de tête (en réduisant le flux sanguin cérébral), le cyclage n’est pas nécessaire. Ajoutons que les avantages de la caféine sur l’exercice d’endurance, ne semblent pas être réduits avec la tolérance à la caféine.

Je cycle :

Si vous essayez de renouveler l’effet stimulant, je crois que vous connaissez déjà la réponse. Il vous faut éliminer votre consommation sur une semaine ou deux et repartir sur un apport faible progressif pour reconstruire votre tolérance.

Toutes les réactions recherchées qui sont en relation avec l’adrénaline (suppression de l’appétit ou concentration) et la signalisation de la dopamine (euphorie), demandent à cycler la caféine.

Share on FacebookShare on TumblrShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest
Write a comment:

Your email address will not be published.